Il n'y a que deux conduites avec la vie
ou on la rêve ou on l'accomplit
René Char
Si tu traverses l'enfer ne t'arrête pas
Winston Churchill
La clé du succès : croire en ses capacités
le bonheur c'est quand vos actes
sont en accord avec vos paroles
la vie offre toujours deux pentes
on grimpe ou on se laisse glisser
Deux amis de toujours
Le monde déteste le changement c'est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser
On peut aussi bâtir quelque chose de beau
avec les pierres qui entravent le chemin
Goethe

Je veux !!

Nous nous en doutions, mais nous savons maintenant qu'une bonne motivation est nécessaire pour conserver ses bonnes résolutions. Et que nous ne sommes pas génétiquement égaux pour "tenir".

Mais comment la motivation intervient-elle sur l'apprentissage et la mémorisation de nouveaux comportements ? Comment garder cette motivation le temps nécessaire ?

Comment fait le cerveau pour accumuler des connaissances ?

A notre naissance on peut dire grosso modo que les grandes voies neuronales sont en place. Elles ont été programmées génétiquement. Puis, tout au long de notre développement, nous choisissons certaines voies d'entrée et certaines voies de sorties et développons ainsi certains réseaux plus que d'autres.

Au fur et à mesure que notre système neuronal se développe, des connexions de proximité sur la base de ce qui est déjà présent vont se créer puis progressivement, en fonction des informations, des stimuli, certains contacts vont se renforcer et développer certains tractus. Il y a ainsi création de nouvelles cartes corticales de plus en plus performantes : le cerveau se construit par interaction avec son environnement.

carte neuronale

Avec plus de créativité :

Les neuroscientifiques s'accordent sur le fait que l'apprentissage est dû à ce renforcement. Des groupes différents de cellules, des réseaux, se mettent en place, spécialisés en fonction des signaux reçus. A tout moment les réseaux existants sont modifiés par les informations que nous recevons : notre cerveau n'est jamais le même !

Il y a ainsi une augmentation sensorielle de la capacité d'analyse du monde extérieur et par là de l'interaction avec ce monde extérieur : c'est la base de l'apprentissage (Pr Ph. Van den Bosch UCL)

Les 3 grandes étapes de l’apprentissage et de la mémoire

  • Encodage :apprendre une information (trace mnésique)
  • Stockage :consolidation de la trace mnésique
  • Récupération :rappel de l’information

Rôle de la motivation dans l'apprentissage

A chaque instant, des milliers de stimuli différents vous entourent. L'attention sera tournée vers un stimulus donné si il y a une motivation, une intention à le faire. C'est cette intention qui va amener l'encodage neuronal du stimulus concerné et donc l'apprentissage et la construction des connaissances. Plus vous êtes motivé par ce que vous faites, plus il y a d'attention et donc plus d'informations encodées et de nouvelles connexions neuronales !

De plus, le cortex préfrontal joue un grand rôle dans la mémorisation et la récupération des savoirs. Quand il entre en action, le centre de la récompense dont il fait partie (cf. article "Les bonnes résolutions ll") libère de la dopamine qui va accentuer le processus d'apprentissage.

La mémorisation

stimulus

Le passage de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme nécessite un report de l'encodage réalisé par l'hippocampe (premier traitement de l'information) sur le néocortex en créant des connexions entres les différentes aires corticales concernées (associations entre les informations mémorisées). Plus il va y avoir de répétition du stimulus (entraînement), plus il va y avoir consolidation.

On a constaté qu'il existe un partage de la mémoire : une zone ventrale du cortex est concernée par "qu'est-ce que je dois mémoriser ?" et une zone dorsale qui concerne la localisation. La récupération des données nécessitera l'action des deux voies, travail effectué de manière inconsciente par le cortex préfrontal.

Des expériences ont montré (Sparrow & al. 2011) que la mémoire fonctionne plus sur la source que sur le contenu.

  • 17 % des personnes se souvenaient du contenu et de la source
  • 11 % du contenu mais pas de la source
  • 30 % de la source et pas du contenu (j'ai retenu quelque chose, je ne sais plus ce que c'est mais c'est à tel endroit)
  • 38 % ne se souvenaient ni de la source ni du contenu.

Mémoire déclarative et mémoire non déclarative

La mémoire déclarative, accessible à la conscience, stocke les informations de type sémantique (le savoir abstrait par exemple), alors que la mémoire non déclarative, inconsciente, stocke les apprentissages d'habilité, qui deviendront peu à peu des automatismes (comme faire du vélo ou conduire une voiture). On parle parfois "d'habituation".

L'arrivée de pensées à la conscience amène une grande demande d'énergie de la part du cerveau (déjà le premier consommateur de l'organisme) Aussi il est vital qu'une grande partie de nos comportement deviennent des "habitudes", des automatismes que nous réalisons sans "en avoir conscience" (les neurones concernés moduleraient le nombre des synapses en activité) et nous pouvons ainsi faire "plusieurs choses à la fois" mais en n'ayant toujours qu'une pensée consciente à la fois.

Conséquences : comment tenir nos bonnes résolutions ?

1. Être motivé

Inutile de se lancer dans de grandes ou mêmes petites résolutions, dans de grands ou petits changements sans être vraiment motivé.

  • Que faire :
    • sur une échelle de 1 à 10 où se situe votre motivation ? en dessous de 7, posez-vous la question : "en ai-je vraiment l'envie, le désir ?"
    • cherchez ce que ça vous apportera : "quelle satisfaction, quel plaisir vais-je en retirer ?"

2. Le rester

Nous avons vu que l'apprentissage nécessitait de l'entraînement : plus les circuits neuronaux seront développés, plus la nouvelle habitude, le nouveau comportement que vous désirez acquérir deviendra un automatisme. Plus le savoir sera facilement accessible. Certains parlent de 21 jours, mais c'est en réalité beaucoup plus difficile à préciser.

  • Que faire :
    • utilisez des chemins neuronaux déjà créés en les modifiant petit à petit : l'information sera beaucoup plus vite accessible à votre mémoire. Ainsi changez vos habitudes petit à petit, donnez-vous de petits objectifs les uns après les autres. Exemple : si vous voulez perdre des kilos, inutile de changer et de régime alimentaire, et de façon de cuisiner, et de vous mettre à un nouveau sport, etc.

Chaque changement demande des pensées conscientes les premiers temps, d'où une grande dépense d'énergie et donc de fatigue. La motivation risque de baisser d'autant plus rapidement !

  • félicitez-vous de chaque petite réussite. Restez positif(ve). N'oubliez pas : il n'y a pas d'échec, il n'y a que des expériences.
  • faites vous accompagner !

Copyright : AMAXA - 2015 Tous droits réservés
Consulting - Coaching professionnel
Aquitaine - Landes - Dax

Réalisation du site : GIXIA
Agence de communication

Mentions légales  l  Déontologie  l  Administration

Suivez moi ...

icone facebookicone googleplusiconelinkedinicones viadeoicone twiter